Remonter

Agostino Pantanella, journaliste

« C’est bien mon petit ! »

.
Qu’est-ce qui vous a poussé à rejoindre Lab Compagnie ?
.

L’opportunité de participer à un laboratoire d’idées dans le domaine de la communication : mieux écouter mieux échanger pour bien informer.

.
Quel est votre parcours ?

 

Journaliste , Formateur et Manager, ce sont les trois fonctions que j’ai occupées pendant toute ma carrière professionnelle, principalement à la radio (Sud Radio) et dans la presse écrite (Nord Eclair, Le Monde)

en consacrant plus de 18 ans à la formation en tant qu’animateur et manager.

Ex DGA du Centre de Formation et de Perfectionnement des Journalistes (CFPJ) de 2003 à 2012, je suis depuis conseiller, consultant, coach en communication comme formateur indépendant  chez AGiliCom.

..
Que pensez-vous apporter à Lab Compagnie ?
 

Un regard décalé et poil à gratter.

 

Comment travaillez-vous ?
.

Debout ! Derrière la caméra et devant le paperboard.

.
Comment la communication est-elle entrée dans votre vie ?
.

Par ma formation de journaliste (ESJ Lille) qui m’a appris à écouter avant de raconter une histoire et ainsi communiquer..

.
Quel a été l’événement le plus marquant (professionnel ou privé) de votre vie ?
.

Professionnellement, avoir créé en 2000 la 1ère télévision privée polynésienne (Tahiti Nui TV).
A titre privé, la réalisation en 1980 d’un Album LP «  Coupable d’Aimer » en tant qu’auteur-compositeur interprète (guitariste du groupe Pagos)

.

Qu’aimez vous faire de vos loisirs ?
.

Marcher et puis souffler, en regardant le temps et les gens qui passent depuis une terrasse de café ensoleillé.

 .

Qu’est-ce qui vous émeut ou vous révolte ?
.

Je suis ému par la fragilité et l’innocence de certaines personnes.
La vanité me révolte même si c’est « mon péché préféré »  (Al Pacino dans «  L’associé du diable ») !

.
De quoi êtes- vous le plus fier ?
.

De mon parcours : arrivé en France à l’âge de 6 ans sans parler un mot de français, pour un fils d’ouvrier immigré italien, je me dis parfois, quand je regarde dans le rétroviseur : «  c’est bien mon petit ».